samedi 5 mai 2012

Ce que j'ai vu à Victoriaville

Cette BD n'est pas tout à fait une BD. Elle n'exprime pas, non plus, toute la violence dont certains ont été victimes, ni l'intensité de cette journée. Elle décrit simplement un moment beau et bref, en plein milieu du chaos.




19 commentaires:

  1. belle bd... ca valait la lecture :)

    RépondreSupprimer
  2. "La raison du plus fort est toujours la meilleure", encore une fois le loup et ses hordes sont au pouvoir et les médias n'en sont que les portes-voix.

    Heureusement, vous êtes là ! Avec votre talent, votre courage, vos idéaux, votre musique qui met du baume au coeur, ne serait-ce qu'un instant...

    Merci, qui que vous soyez.

    Multiplions les points de vue, ne laissons pas les loups tenir la caméra!

    À vos crayons, citoyens!

    RépondreSupprimer
  3. Je suis sympathique aux étudiants, mais là des boules de billard.., des briques. Un policier roué de coups de pied et de bâtons, il n'y avait rien de sympathique là. J'ai vu des gangs de rue qui réglaient leurs affaires de cette façon. Six personnes et trois policiers blessées dont un gravement. Là, on est plus dans la même chose. On est dans la violence et le désir de faire mal, de blesser. Je suis totalement contre cela et le Québec a toujours été une société qui plaçait au-dessus de toute autre valeur la non-violence.
    Les médias font leur job; ils ne sont pas les porte-voix du gouvernement... pas plus qu'ils ne sont les porte-voix de la CLASSE, la FEUQ ou la F.... Accuser les médias, c'est tellement commun et facile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un policier qui est blessé gravement, c'est un manifestant. Arrêter de regarder TVA pis lire le torchon du JdeM.

      Et non, on ne placera pas la "non-violence" dans VOTRE échelle de valeur avant la JUSTICE et L'ÉGALITÉ.

      "Quand l'injustice devient loi, la résistance est un devoir".


      P.S : La violence est parfois nécessaire; parlez-en aux soldats de la 2ème Guerre.

      Supprimer
    2. P.S2 : Si vous croyez que les journalistes des journaux comme le JdeM et LaPresse ou comme ceux de la SRC et TVA font leurs jobs, vous êtes vraiment aveugler et manipuler par ceux-ci.

      Même le conseil de presse dit qu'y'a un problème, réveillez-vous, informez-vous autrement ou taisez-vous à jamais!

      Source: http://conseildepresse.qc.ca/actualites/chroniques/regard-de-la-presse-sur-la-greve-etudiante/

      Supprimer
    3. Ca se peut tu que tu sois pas neutre non plus Vincent parce qu'on est pas dans un état Communiste on ne renverse pas un gouvernement par la force mais bien par des élections si tu fais partie de ceux qui prônent la violence a de juste fins et bien tu mérite de te faire matraquer va manifester avec les autres et vient pas brailler. La violence n'est pas tolérable en aucune sens. Mais les policier sont les représentant de la loi et quand il annonce que la manifestation est illégale si tu n'est pas parti tu mérite de te faire arrêter et si tu paie pas ton amende ben tu mérite d'avoir un dossier criminel. Quand c'est rendu qu'on ne respecte plus les autorités et le système de justice c'est qu'on prône l'anarchie. Je ne dis pas qu'il est parfait , Guy Turcotte et plusieurs autres sont de bons exemples. Mais La loi et la justice c'Est ce qui fait de nous une société . Si tu n'est pas heureux bien va-t-en a Cuba.

      Supprimer
    4. Personne n'est neutre. L'objectivité n'existe pas. Il n'y a que la rigueur.
      Je fais beaucoup plus confiance à ceux qui reconnaissent leur subjectivité, qui la nomme, qui s'en réclame, qu'à ceux qui prétendre montrer «LA» vérité.

      En ce sens, j'admire celles et ceux qui présentent leurs témoignages, leurs observations, comme ceci : «Ce que j'ai vu», «De mon point de vue».
      Merci à Val-Bleu.

      Supprimer
    5. Les 3 policiers blessés ont eu leur congé de l'hopital la meme soirée. Cela a paru dans les médias. Donc aucun blessé sérieux, selon l'hopital, aupres des policiers.

      Supprimer
  4. Georges comme tu le tu es contre la violence et que le québec se place au dessus de la violence. Je ne suis pas pour la violence au contraire! Force est de constater que le gouvernement a laissé pourrir une situation ou il force 170 000 personnes à prendre la rue afin de se faire entendre d'une gang de voyous et de mafioso au contrôle de l'état et que loin de se cacher font tout pour provoquer cette violence. Les médias sont ce qu'ils sont: A la solde des commanditaires qui payent et qui sournoisement dicte la ligne éditoriale. C'est pas nouveau. Charest et sa gang de twitte n'avait simplement qu'à s'assoir et négocier. Mais voilà ces voyous au contrêole n'ont pas d'oreilles pour les citoyens ordinaires. Ils n'ont d'oreilles que pour ceux qui ont du CASH. Ce n'est pas le rôle d'un gouvernment. Le devoir d'un dirigeant est de regler des crises quand il y en a en prenant compte des intérêts de l'ensemble et pas seulement des riches. Voilà le premier responsable de cette crise est Charest et sa gang de mafioso. Moi je ne défendrai certainement pas une bande de criminelle au pouvoir. Cette gang de libéraux ont provoqué clairement cette violence et elle est stratégique pour que tu vote pour eux et de ce fait que tu les remettent au pouvoir... Je ne serai pas dupe de cette stratégie digne d'une dictature. Je n'en veut pas et j'espère que les Québecois ne laisseront pas berner par cette politique de bas étage. J'y étais, j'ai quitté moi et mes amis dès que la sûreté du Québec a déclaré la manif illégale, car je voyait la pression monté et que je ne voulais pas moi et mes amis être pris dans un carnage. Tant qu'à moi Charest, Beauchamps, Bachand et toute cette gang de malades devrait être poursuivit en justice pour avoir brisé la paix sociale, d'avoir provoqué une crise sociale, pour abus de pouvoir et refus de négocier une sortie de crise civilisé. Quand on refuse de prendre ses responsabilités d'élues faut s'attendre à des conséquences. Heureusement y a pas eu de morts peut-être veulent - t ils en arrivé là ? Beauchamps a accepté un don de 60,000$ de la part d'un mafioso notoire je te le rappel.... C'est pathétique! Au fait selon la police ce n'est pas un étudiant qui a lancer la boule de billard vérifie tes sources!

    RépondreSupprimer
  5. Merci beaucoup Val-Bleu. C'est beau et juste.
    Georges, malheureusement les médias ne font pas leur travail. Voyez par exemple ces mots de Maude Montembeault, hier soir sur RDI : ""Les manifestants s'étaient préparés. La plupart étaient équipés de masques à gaz, de lunettes de ski, (...) Est-ce qu'ils voulaient vraiment au fond être pacifiques au départ (...) Je vous laisse réfléchir sur ça." Je n'ai pas vu 2 ou 3000 masques à gaz sur les images de la manif...

    RépondreSupprimer
  6. merci lily d'ajouter ta voix et ton art à cette mascarade (sans mauvais jeu de mot) afin de nous permettre de rajuster nos lunettes et de tenter une autre vision
    je t'aime je suis fière de toi!

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ce commentaire, il en faut.

    RépondreSupprimer
  8. Bien que votre cause soit noble, il est grand temps de réaliser que vos manifestations n'ont aucun effet sur l'actuel gouvernement et qu'il faut retourner sur les bancs d'école pour sauver votre session. D'autres moyens pour manifester votre désaccord sont possibles, des moyens qui vont vous éviter d'être gazés, poivrés et tabassés.

    Vous devez être conscients que, même si vous prenez part à une manifestation pacifique, des gens (de votre groupe ou non) peuvent devenir violents. Les policiers devront alors répliquer en utilisant un niveau de force jugé suffisant pour rétablir l'ordre publique. Notez que les gaz lacrymogènes figurent comme avant-dernier moyen (4/5) pour restaurer l'ordre public. Ensuite, si l'auti-émeute perd le contrôle, des tireurs d'élite s'occupent des gens toujours sur place qui refusent de quitter. Personne ne veut en venir à ça, c'est évident.

    Morale de l'histoire : arrêtez de manifester dans les rues. Oui, manifester pacifiquement, c'est bien, mais à force de le faire à tous les jours, vous vous faites infiltrer par d'autres groupes et l'effet sur le gouvernement en est dillué.

    RépondreSupprimer
  9. «Anonyme», que proposes-tu alors comme moyen pour se faire entendre?

    Très belle BD! Bravo.

    RépondreSupprimer
  10. Comme vous n'avez aucun problème à mobiliser beaucoup de gens en peu de temps, vous pourriez former des centaines de petits groupes et faire du porte à porte à travers le Québec pour expliquer aux citoyens votre position.

    Les médias traditionnels ne propagent pas votre message de la bonne façon et les médias communautaires/alternatifs ne sont pas assez puissants pour rejoindre la population générale. En rencontrant les gens face à face, ils deviendront beaucoup plus sensibles à votre cause et voteront en conséquence lors des prochaines élections.

    Autre proposition : transmettre massivement en ligne votre position à l'Assemblée nationale du Québec. Les messages reçus sont fournis aux députés, aux ministres et à leur personnel. Vous pourriez également transmettre votre position à la Commission de la culture et de l'éducation. Les députés des partis de l'opposition reçoivent également ces messages, ces derniers vont donc mettre de la pression sur le gouvernement en place.

    Autre proposition, avec le soutien des enseignants : retournez à l'école mais pour recevoir la théorie seulement. Ne faites aucun travail pratique/examen. De cette façon, vous recevrez les connaissances mais les établissements scolaires ne pourront les évaluer.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,
    Comment fait-on pour communiquer avec vous?
    info@revuetrahir.net

    RépondreSupprimer
  12. La Ligue des droits et libertés interpelle le Ministre Dutil

    Publié le 8 mai 2012

    Catégories : Communiqués, Diaporama, LDL nationale, National

    Imprimer cet article

    Grève étudiante et liberté d’expression

    La Ligue des droits et libertés interpelle le Ministre Dutil

    Montréal, le 4 mai 2012. La Ligue des droits et libertés dénonce les conditions d’arrestation, de détention et de remise en liberté de manifestants au cours des dernières semaines, notamment à Gatineau, à Québec et à Montréal et interpelle le ministre de la Sécurité publique sur les violations des droits et libertés des manifestants.

    « Nous avons pris connaissance d’actes de répression et d’atteintes aux droits et libertés. Parmi ceux-ci, mentionnons les arrestations massives, notamment à Québec où plus d’une centaine de manifestants pacifiques, principalement des femmes, ont été détenus », déclare Dominique Peschard, président de la Ligue des droits et libertés.

    Rappelons au ministre de la Sécurité publique, Monsieur Dutil, qu’en 2005, le Comité contre la torture et le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU avaient interpellé le Canada à propos des arrestations massives et des techniques de contrôle de foule. L’ONU avait rappelé que seules les personnes ayant commis des infractions pénales au cours des manifestations pouvaient être arrêtées et le Comité avait demandé au Canada d’enquêter sur les pratiques des forces de l’ordre lors de manifestations. Or, il semble que ces pratiques n’aient pas été modifiées. « Nous assistons à l’emploi, par les forces policières, de techniques de contrôle de foule condamnées par les Nations Unies : encerclement et arrestation massives, utilisation d’armes chimiques tels le poivre de Cayenne et les gaz irritants », poursuit Monsieur Peschard.

    La liberté d’expression est un élément indispensable d’une société démocratique. D’après Denis Barrette, avocat militant de la Ligue des droits et libertés, « l’utilisation du Code de la sécurité routière pour mettre fin à diverses manifestations, comme nous l’avons vu en Outaouais et à Québec notamment, brime le droit de manifester qui est pourtant garanti dans la Charte des droits et libertés ».

    Depuis le début du conflit, plus de 1 000 personnes ont été arrêtées; de ce nombre, plus d’une centaine n’ont eu aucune accusation. Ce sont en fait des arrestations « préventives » qui briment le droit de manifester. De plus, des témoignages quant aux conditions de détention, particulièrement pour les femmes, sont accablants : détentions pendant près de 10 à 12 heures dans des cellules de poste de police surpeuplées, sans eau ni toilette, détention de 2 à 6 heures, souvent menottés, dans un autobus, et prise de photo pour une simple contravention.

    En outre, la Ligue des droits et libertés dénonce les conditions de libération abusives que doivent signer des personnes pour être libérées, entre autres, des périmètres d’interdiction qui ont pour conséquence de les empêcher d’avoir accès à leur résidence ou à leur lieu de travail. En plus de porter atteinte au droit au travail et au logement, les conditions imposées par les agents de la paix portent aussi atteinte à la liberté d’association, d’expression, ainsi qu’au droit de circuler librement.

    Dans ce contexte, la Ligue demande au ministre de la Sécurité publique, Monsieur Dutil, de s’assurer que l’on mette fin à ces violations des droits et libertés garantis par les Chartes. Ces abus doivent cesser.

    - 30 -

    Contact : Marie-Josée Béliveau, 514-715-7727 (cell) / communications@liguedesdroits.ca

    RépondreSupprimer